cascade

Imagine. Non, pas all the people, laisse John Lennon tranquille, un peu de respect, si tu veux bien.

Imagine que tu dors.

Deux jours après le 1er janvier, jour de l'armistice des hostilités caloriques, tu offres à ton organisme la quiétude d'une nuit douillette. L'obscurité t'enveloppe.

A ta gauche, à 60 cm de ta tête ébouriffée, le chauffage électrique, calé entre 4 et 5, t'assèche les cloisons nasales (en hiver, le spray de Stérimar est ton ami), mais il te permet de dormir nu (on a rien sans rien). Tu as réussi à bien border le bout de la couette qui est de ton côté, pour éviter à ton mollet de se prêter à un coup de griffe amical du chat. Chat qui persiste à te prendre pour un distributeur de croquettes ouvert 24 h/24. Ce con.

Bref, tu dors. Tu rêves, même. Tu rêves que tu es dans avec Scarlett Johansson. Elle t'a reçu chez elle, au bord de sa piscine. scarlett_johansson_original L'endroit ressemble à Los Angeles. Le soleil de fin d'après-midi embrase les collines alentour. Tu es en maillot de bain à admirer le spectacle. Ta chaise-longue est accolée à celle de Scarlett, qui effleure ton mollet du bout de son pied pour te tirer de ta torpeur. Délicieux frisson, à 35 degrés à l'ombre. Sous ta peau chair de poule, tes poignées d'amour se sont évanouies. Tes pectoraux vaillants rassurent la blonde actrice, qui se montre - c'est marrant, comme on peut croire les gens inaccessibles, mais en fait, ils sont comme nous - presque timide lorsque tu passes sur ses lèvres la cerise rouge que tu viens d'ôter du bord givré de son cocktail. La température estivale vous accable un peu, ralentit vos gestes. Et ce n'est pas plus mal : la soirée ne fait que commencer. En écho au tintement subtil des glaçons, seul le clapotis de la piscine à débordement apporte sa note de fraîcheur.

Délicat clapotis... Liquide clapotis...

Soudain, un timbre strident, affolé : "Ah mais là... Là... Je les perds ! Je les perds !"

-"Quoi Scarlett, quoi ? Tu veux que je demande une autre cerise à Asuncion, ta belle domestique qui ne me lâche pas du regard depuis une heure ?"

Je n'aurai pas le temps d'entendre sa réponse. Seul un "clic" incongru réveille mon tympan. Et le soleil me rugit au visage en un éclair si violent que je porte mes mains à mes yeux.

Quand je les rouvre, grimaçant, j'ai la lampe de chevet en pleine poire et Ma Douce Et Tendre debout, face à moi, le ventre tendu.

"Je te dis que je perds les eaux et cette fois, pas qu'un peu. Faut qu'on y aille. Habille-toi."

Ma Rolex Mon réveil est formel : 4 h 30. Du matin.

On était à trois semaines de la date limite de démoulage de livraison, j'avais déjà eu droit à trois fausses alertes en dix jours (à chaque fois, la nuit alors que les journées font quand même 24 heures, faudra m'expliquer) et Ma Moitié ne savait pas encore qu'elle venait de saborder le rêve le plus émoustillant de ce début d'année.

L'ingrate.

scarlett_johansson