0x306

Mais ils foutent quoi de leur life les mecs du Guiness Book des records, là ? Je veux dire, quand il y a un méchant exploit à homologuer, ils prennent quand même leurs samedis et dimanches ? Maintiennent le déjeuner chez le beau-frère ? Nan parce que ce week-end, je vous jure que j'étais chaud sa mère pour y entrer, au Guiness Book. Avec diplôme et médaille. Catégorie musique. Mon exploit ? Sous la menace sanglotante de Ma Merveilleuse Progéniture, j'ai supporté quasiment sans broncher de lui passer environ soixante-dix fois un vidéo clip disponible sur YouTube dont elle est tombée raide dingue : Le Papa Pingouin, de Pigloo. On m'avait vaguement mis au parfum dans une autre vie : "Ah, tu vas voir, les petits, quand ils aiment un truc, ils te le réclament en boucle. Mais alors EN BOUCLE !" Je savais pas à quel point c'était vrai. Et dur. Ce week-end, donc, Ma Douce Moitié s'étant lâchement barrée rendue à un déplacement professionnel tu parles , je me suis retrouvé en tête-à-tête avec La Petite. Dès dix heures, samedi matin, je mets un genou à terre. Il faut dire que levé depuis six heures et demie, je pique du nez et suis à court d'idées : on vient de lire quatre fois l'intégrale dans la Pléiade de "Papapapapapa" (comprenez Barbapapa), elle a arraché plusieurs touffes de poils au chat - puis, sympa, les lui a reposées sur le dos - après j'ai cru que la coller devant Ludo Zouzous sur France 5 à côté de moi sur le canapé me permettrait en douce de checker mes e-mails et mater du Facebook depuis mon iPhone... Las, nib, qued', zobi quéquette : elle s'emmerdait (et moi je voulais repousser au maximum la sortie au parc : je trouve les enfants des autres moches et attardés). Alors j'ai pensé, va savoir pourquoi, à Papa Pingouin. J'étais tombé dessus cet été, en surfant. J'ai chopé le MacBook et mis le clip. Kiff immédiat. Des étincelles dans les prunelles. Sourire carnassier. "Akôr ! Akôr !" Du coup, il n'y en a plus eu que pour Pigloo. Pendant deux jours. La mélodie s'agrippe depuis à mes neurones. Je mange avec Papa Pingouin. Je me couche avec Papa Pingouin. Quand je me lève pour pisser la nuit, il y a un gros Papa Pingouin qui me suit. Le matin, Papa Pingouin pète sous la couette avec moi. Dans le métro, ce matin, je n'ai pas réussi à le semer. Il n'y a pas de raison pour que je sois le seul à morfler, vu que ça va me rester dans les tuyaux facile trois ans. Alors cadeau, prenez-vous ça dans les tympans, les gens. Moi, je file me faire un rail d'Aspegic 1000.


(Légende de la photo qu'est tout en haut : Papa Anonyme en galère essayant de coller un plomb à Pigloo)