PLAGE

Mon post devait commencer par un truc du genre : "vous savez pas ce que vous perdez, les Bahamas, c'est quand même autre chose que vos petites vies étriquées, les transports en commun qui sont la première cause de stress en France, etc..." Et puis finalement, non. Je dois t'avouer que quand je suis arrivé à l'hôtel, la nuit était tombée et je suis allé direct à ma piaule. Une vaste chambrée avec un lit king size drapé de beige, et des meubles sobres tout autour, couleur ébène. La classe. Un mini-bar qui ronronnait comme un gros chat. Des lampes de chevet diffusant une lumière douce. Des fleurs des îles sur le bureau et dans la salle de bains. La clim' en route mais juste ce qu'il faut. Putain, je me suis dit, tu y es. Aux Bahamas. Les îles. Le truc qui va te redonner le jus. Je me suis assis sur le bord du lit. J'avais envie d'un cocktail et d'un cigare. Le poisson grillé ou la langouste, ça attendrait plus tard. La plage et les filles glissantes de Monoï, on à qu'à dire à demain. Pas d'urgence. Là, je me laisse le temps d'arriver, vous comprenez. J'ai étiré mes bras très haut en gémissant un peu, et je me suis laissé tomber doucement en arrière dans ce lit moelleux, ce lit, mon nouvel ami pour huit jours. Je me suis endormi en pensant à peine - je l'avoue - à mes Princesses restées de l'autre côté de l'Atlantique. Un sommeil lourd et non négociable m'a effacé de la surface de la Terre pendant une sieste d'au moins deux heures, le temps que ma vessie fasse signe à la régie finale qu'il était temps de rallumer la salle. Au réveil, j'étais forcément dans le gaz. La pièce était plongée dans la pénombre. On voyait juste un rai de lumière filtrer à travers les volets. A tâtons, une fois levé, je me suis guidé avec mes mains en effleurant les murs pour trouver les toilettes... Et puis j'ai heurté du pied un truc qui a fait "glork !"
"Glork" ? J'ai froncé les yeux et deviné sur le sol un truc en plastique blanc et marron qui souriait en tirant la langue. C'était le même petit chien Fisher Price en plastique que Ma Fille figure toi. Dans la seconde, Ma Douce allumait la lumière, se redressait en sursaut et me demandait : "T'as pas entendu un truc, là ?"
J'ai arrêté de respirer facile vingt secondes le temps d'atterrir. Et le temps que Ma Progéniture commence à gazouiller dans la pièce à côté.
"C'est toi qui lui donne le biberon ?", Ma Somptueuse a ajouté sans ouvrir ses beaux yeux bleus, d'une voix pâteuse mais douce.
Et merde. J'aurai du me taper le cocktail et le cigare, ça aurait été ça de pris tiens. Zob.